Archives par mot-clé : vae

Bénévoles, valorisez vos compétences !

Z

Pensez à mettre en avant vos compétences acquises dans le bénévolat ! Valorisez ce que vous savez faire dans votre CV, dans votre carrière, dans votre évolution professionnelle ! Utilisez-les en dehors de votre engagement bénévole ! Mais comment ?

Le bénévole, au delà de son engagement dans l’association, développe les mêmes types de compétences qu’en entreprise : logistique, gestion de projet, comptabilité, secrétariat, communication, etc. Mais aussi des compétences comportementales spécifiques, comme par exemple la capacité d’innovation, la capacité à travailler en équipe, à animer sans hiérarchie formelle, à travailler de manière efficiente argumenter, défendre un projet, etc.

Ces compétences sont transférables dans tous les milieux professionnels et donc dans une recherche d’emploi.

Il faut en avoir conscience, les avoir identifiées et les valoriser sous l’angle professionnel, ce qui n’est pas si évident.

Et aujourd’hui cela reste complexe et sous exploité. En effet la valorisation et de la validation de ces compétences acquises sont largement sous-utilisées alors que 36% des actifs affirment utiliser régulièrement au travail des compétences acquises lors de leur activité bénévole.

 

Comment arriver à mettre en avant ses compétences dans sa recherche d’emploi, dans un CV, lors d’un entretien ou encore, dans son entreprise, dans le cadre d’une évolution professionnelle ?

Comment transformer un choix, qui au départ, est un engagement personnel et militant à un atout professionnel ?

 

La première étape est de décrire ce que l’on fait au sein de l’association et par rapport à ca, de relier les compétences, les savoir-faire, les savoir-etre que cela nécessite. Ce premier pas permet de valoriser les expériences et compétences acquises.

Dans son CV ce sont des atouts supplémentaires à mettre en avant, au delà de la simple case « centre d’intérêt » ou « loisirs ».

Dans l’entretien d’embauche ou professionnel, ces compétences sont à souligner au même titre que celles développées dans le milieu professionnel.

L’entreprise y sera sensible. Au delà de l’intérêt d’un engagement militant qu’elle peut rechercher, elle pourra utiliser et exploiter utilement ce que vous avez appris.

 

La loi travail renforce et remet au gout du jour cette idée. Avec le compte d’engagement citoyen (CEC), le bénévole a la possibilité de valoriser ses compétences et même de les faire reconnaître au travers d’heures CPF, de jours permettant d’exercer ces activités ou même acquérir une qualification au travers d’une VAE.

Une véritable opportunité de faire évoluer le regard sur le bénévolat et d’en faire un outil de gestion de carrière professionnelle.

Vous avez développé des compétences dans un cadre bénévoles et vous avez pu les valoriser ? Laissez-nous un commentaire.

Merci à Véronique Thomas ainsi qu’à Céline Chatelier pour la rédaction de cet article !

Comprendre la VAE en 2 minutes (vidéo)

La VAE a souvent l’image d’une démarche complexe. Cela reste néanmoins un moyen pertinent pour favoriser l’évolution professionnelle.
Au quotidien, nous répondons aux questions de nos clients sur la VAE. Nous partageons avec vous une courte vidéo qui vous permettra d’en connaître les grandes lignes.

Continuer la lecture de Comprendre la VAE en 2 minutes (vidéo)

Rentrée morose, envie de bouger ? Les 4 clés d’une mobilité réussie

En période de rentrée nous sommes nombreux à nous poser les mêmes questions existentielles : Est-ce que je suis vraiment bien dans ce boulot ? Mon poste peut-il disparaître ? Est-ce que ce n’est pas le moment de changer, d’évoluer ? A défaut de pouvoir répondre à votre place, nous vous donnons ici 4 conseils pour vous permettre d’avancer et pourquoi pas de prendre la bonne décision.

 

Les réformes des retraites récentes et à venir amènent les générations nées à partir des années 60 à imaginer devoir se mettre en mouvement pour pouvoir poursuivre et sécuriser leur prochaine partie de vie professionnelle. Culturellement moins mobiles que les générations qui intègrent le marché du travail aujourd’hui, les salariés dits de la « génération X » seront pourtant de plus en plus rares à réaliser toute leur carrière dans la même entreprise.

 

En effet, les bouleversements technologiques, les restructurations, les problèmes de santé, les ruptures familiales… sont autant de facteurs qui peuvent venir fragiliser un salarié en cours d’emploi. Malheureusement, encore trop rarement l’anticipation est-elle au rendez-vous, tant du côté des salariés que des employeurs, et ce malgré leur « co-responsabilité » en matière de formation professionnelle notamment.

 « Des recettes qui fonctionnent existent »

Les grandes restructurations industrielles de ces 30 dernières années ont amené à des milliers de transitions professionnelles réussies de salariés licenciés pour motif économique. 25 ans d’expérience nous ont conduit à identifier les ingrédients qui sécurisent une mobilité professionnelle :

  • du temps (les parcours de retour à l’emploi sécurisé demandent souvent 6 mois et 2 ans selon le type d’emploi visé : bilan de compétences, formation et/ou VAE, période de stage et de pré-emploi, emploi),
  • un dispositif financièrement sécurisant (à l’instar du Contrat de Sécurisation Professionnel ou du congé de reclassement),
  • un plan d’accompagnement cohérent assorti de réelles mesures d’appui et de soutien notamment des moyens nécessaires pour financer la formation à travers des adaptations au poste ou de véritables reconversions,
  • des accompagnements à créer son propre emploi, à reprendre une entreprise, à évoluer, à sécuriser sa fin de carrière…

Quand on sait que seulement 3 % des inscriptions à Pôle Emploi (hors CSP) émanent de personnes licenciées économiques, on voit que certaines recettes fonctionnent !

Pourquoi ne pas se servir de ces expériences pour imaginer l’accompagnement des salariés en cours d’emploi qui souhaitent se mobiliser sur un nouveau projet, au sein ou en dehors de l’entreprise ?

La formation, les outils bilan de compétences et accompagnement VAE, les entretiens milieu de carrière… ont fait leur preuve mais ne sont pas suffisants. Il faut de la conviction de la part des entreprises sur leur intérêt de voir des salariés se mettre en mouvement, gérer leur parcours professionnel ; il faut du temps et de l’anticipation ; il faut des moyens d’accompagnement (qui existent très souvent), pour sécuriser des projets qui trop souvent se terminent en échec parce que mal construits ou ne voient pas le jour par manque de préparation et de sécurisation.

« Pourquoi attendre la rupture pour se mettre en mouvement ? « 

C’est également notre lecture de l’Accord Interprofessionnel du 11 janvier 2013 et de la loi sur la sécurisation de l’emploi qui en découle. Les partenaires sociaux ont souhaité réaffirmer et renforcer les dispositifs permettant d’avoir une gestion dynamique des Ressources Humaines pour les entreprises, des parcours professionnels pour les salariés.

RH, chercheurs, professionnels de l’emploi et de la formation, … qu’en pensez vous ? Comment faire évoluer nos pratiques, notre culture ?