Archives par mot-clé : emploi

5 questions sur la lettre de motivation

11

 

Cette semaine nous souhaitons partager un point de vue sur la lettre de motivation.

Il y a maintenant plus d’un an, nous proposions un article sur le sujet (La lettre de motivation : un mal nécessaire ou un plus ? ). Au vu des multiples questionnements posés sur la lettre de motivation, nous posons 5 questions à une consultante en recrutement pour disposer de son avis d’experte ! Isaure Grün, consultante RH et chargée de recrutement répond à 5 questions sur la lettre de motivation.

 

La lettre a t-elle toujours un intérêt ? 

 « La lettre de motivation est l’opportunité pour le(la) candidat(e) de présenter son profil et son projet. En cela, la lettre est un moyen pour susciter l’intérêt d’être rencontré(e) par le cabinet ou par l’entreprise.

Encore et toujours, la lettre constitue un outil indispensable pour se positionner sur un poste identifié ou adresser une candidature spontanée.

Cependant, ce n’est pas parce que la lettre de motivation est la règle qu’il faut se prêter à l’exercice sans conviction (« je le fais parce qu’il faut le faire mais je n’y crois pas »).

 

En effet, lorsque nous recrutons pour un client, au delà des CV, nous lisons attentivement les lettres de motivations. Et parmi les candidatures, lorsque nous repérons une lettre bien rédigée qui valorise un profil/un projet en adéquation avec les critères recherchés par l’entreprise, c’est un réel atout pour le candidat. Il y a alors de grandes chances pour que nous contactions la personne pour la rencontrer.

Bien sûr, une lettre rédigée avec soin n’est pas la garantie d’être recruté. Mais par expérience, le candidat qui obtient le poste est souvent l’auteur d’une lettre de qualité.

N’oublions pas qu’il s’agit d’un moyen pour le candidat de faire la différence et surtout que la lettre est un outil de communication qui invite le recruteur à rencontrer le candidat ou pas !

 

Que doit-elle comporter ? Que doit-elle dire ?

Il faut sortir des règles et des recettes appliquées par tous. Non, il n’y a pas de lettre type. Il s’agit surtout d’un écrit dans lequel le candidat démontre sa compréhension des contours du poste et/ou des enjeux pour l’entreprise.

A chaque poste, la démarche est différente. Par exemple, pour les postes où la communication est essentielle (la liste est longue), la lettre est un test en soit. En effet, c’est l’occasion pour le candidat de démontrer son esprit d’analyse, de synthèse et ses capacités rédactionnelles. 

En tant que recruteur, nous voyons rapidement si le rédactionnel est au niveau attendu. A titre d’exemple, pour les postes en management ou en communication, la lettre ne peut pas être un écrit standard car les exigences sont plus fortes encore sur ce poste quelles ne le seraient pour un poste à dominance technique, tel que technicien de maintenance ou comptable. C’est la cohérence globale de la lettre qui prime avant tout !

 

Comment réussir l’accroche d’une lettre ? 

Là encore, pas de recette ou de formules types. Tout est une question de “stratégie de communication”.

Il faut éviter les « copier-coller » ou les formules toutes faites facilement détectables. Cela n’a aucune valeur ajoutée.

Pour apporter un éclairage, je conseille de réfléchir à plusieurs questions :

  • Pourquoi postulez-vous à ce poste ? Pourquoi dans cette entreprise ? Pourquoi dans ce secteur d’activité ? Dans quel contexte de votre parcours professionnel ?

  • Quel est votre projet ? Qu’aimez vous faire ?

  • Quelle contribution souhaitez vous apporter à l’équipe ?

  • Pourquoi « vous » ? Quels sont vos atouts? Quel est votre profil ? Quelles ressources vous reconnait-on ?

 

Il s’agit de questions simples, mais utiles pour parler de soi et de son projet.

Chaque paragraphe doit présenter un intérêt. Une lettre synthétique – tout en développant les points majeurs de sa candidature – est toujours plus efficace !

 

L’originalité est-elle recommandée ?

 L’originalité peut permettre au candidat de se différencier. Mais attention, cela doit être bien calibré.

L’originalité n’est pas toujours recherchée dans tous les métiers.

Certaines entreprises recherchent des profils créatifs ou peu conventionnels mais là encore il s’agit de bien doser, pour ne pas induire l’effet inverse ! C’est-à-dire des doutes ou un avis défavorable.

 

Quelles sont les principales erreurs à éviter ? 

La première erreur serait de ne pas rédiger de lettre de motivation. A l’aire du numérique et des SMS, cela arrive régulièrement. Une autre erreur consiste à rédiger une ligne du type : « veuillez-trouver ci-joint mon CV ».

Le candidat doit donner du sens à sa lettre.

Pensez que les lettres ne sont pas lues si vous voulez… Mais si votre lettre est lue, elle doit être convaincante. En résumé : faites la différence !

 

Nous remercions Isaure pour ces informations. Et vous, comment faites-vous la différence dans vos lettres de motivations ? N’hésitez pas à nous le dire dans les commentaires ! 

 

L’outplacement : la recherche d’emploi en VIP pour tous

cv vip 2Vous sentez que votre poste est menacé, vous anticipez une fermeture de votre service ou une réorganisation qui pourrait avoir un impact sur votre poste ? La perspective d’une recherche d’emploi, livré(e) à vous même, vous plonge dans le plus grand désarroi. L’outplacement pourrait bien vous rendre service. Derrière cet anglicisme imprononçable se cache un véritable service utile et efficace. Il est pourtant méconnu et beaucoup de clichés gravitent autour de lui (non, il n’est pas réservé aux cadres…). Il est temps de se rendre dans les coulisses de l’outplacement.

Devoir chercher un emploi est déstabilisant

Lorsque l’on perd son emploi, après plusieurs années dans une même entreprise il n’est pas rare de se dire qu’on ne sait rien faire. Je rencontre beaucoup de personnes persuadées qu’elles ne retrouveront pas l’équivalent du poste qu’elles occupaient et qu’elles aimaient. Ces personnes s’interrogent souvent sur la valeur de leur CV, de leur expérience, sur leur capacité réelle à rebondir, etc.

Chercher un emploi est une course de fond…

… une course de fond dont on connaît le départ mais pas l’arrivée. Je recueille régulièrement des témoignages de personnes qui s’attendaient à trouver un emploi rapidement. La déception est souvent au rendez-vous, parce que le marché de l’emploi est tendu et complexe. Il n’est pas rare qu’une recherche d’emploi aboutisse seulement après six mois de démarches, voire davantage.

L’outplacement ? Un filet de sécurité et un coach.

Suivre une démarche d’outplacement, c’est avant tout ne plus être seul. Un consultant se tient à vos côtés jusqu’à ce que vous ayez trouvé un emploi. Vous êtes traité en VIP. Ce consultant vous apprend d’abord à prendre conscience de vos compétences, de la valeur qu’elles ont sur le marché de l’emploi.  Il vous apprend aussi à parler de vous de manière positive.

Bien sûr, un consultant n’est pas un magicien et ce n’est pas parce qu’il décroche son téléphone ou vous accompagne dans l’élaboration de votre CV que vous allez immédiatement retrouver un emploi. Un retour à l’emploi prend du temps. Depuis 10 ans que je fais ce métier, je peux vous assurer que la précipitation est l’ennemie du reclassement.

Il faut comprendre comment ça marche, apprendre par exemple à se présenter avec son CV dans l’entreprise. Comprendre que tout ne se passe pas sur internet. Comprendre qu’il est inutile d’attendre fébrilement, comme après avoir envoyé une bouteille à la mer, l’hypothétique réponse à un mail de candidature.

Pour autant, il ne faut pas tout attendre du consultant. C’est bien  le candidat et lui seul qui possède les réponses. Le consultant qui l’accompagne est son guide mais il ne peut pas se substituer à lui.

« La force en toi tu possèdes » – Maître Yoda

L’outplacement est donc là pour vous rassurer, réfléchir avec vous, vous permettre de vous approprier étape par étape les codes de la recherche d’emploi et de les démystifier.

Concrètement, quels outils sont utilisés ?

Il existe une multitude d’outils d’aide à la recherche d’emploi. L’offre est si vaste qu’il est difficile de s’y retrouver pour quelqu’un qui n’est pas du métier.

Le consultant sélectionne les bons outils et les bonnes méthodes, c’est à dire ceux qui sont adaptés à la situation singulière du salarié accompagné.

Citons 2 exemples :

  1. L’exercice de l’entretien de recrutement nécessite de la préparation. Participer à un atelier sur l’entretien de recrutement c’est bien, mais obtenir un conseil au bon moment, dans le feu de l’action, comme par exemple une simulation d’entretien effectuée la veille, travaillant une dernière fois sur le profil du candidat, est bien plus profitable.
  2. On va s’attaquer au « marché caché », c’est à dire les postes à pourvoir qui ne font pas l’objet d’offres d’emploi.  C’est ce qu’il y a de plus difficile à faire. Le consultant peut vous y aider en contactant des entreprises pour vous. À défaut d’offre concrète, le consultant vous livrera les informations qui vous seront toujours utiles sur l’entreprise, les contacts, la politique de recrutement, l’avis du RH sur votre CV. Ce recueil d’informations sera d’autant plus important qu’il vous permettra de connaître les forces et les faiblesses de votre candidature, et donc d’ajuster le tir par la suite.

Pas que pour les cadres !

Hier réservé aux cadres, l’outplacement s’est aujourd’hui démocratisé pour s’adresser à tous : ouvriers, techniciens, agents, etc.

Le coût ?

Quelques milliers d’euros, pris en charge la plupart du temps par l’employeur. Il n’est pas obligé de le faire, le financement peut être proposé dans le cadre d’une négociation. Dans certains cas, l’employeur le suggère spontanément. Posez la question à votre service ressources humaines.

Pour conclure, voici selon nous, les trois critères d’un outplacement réussi :

  • la personne accompagnée a retrouvé un poste
  • elle a retrouvé un poste dans lequel elle se sent bien
  • elle a appris à pêcher, plutôt que d’avoir reçu des poissons, comme le dit le proverbe. Autrement dit, elle s’est renforcée !

Impact du numérique sur l’emploi : 5 questions à se poser

PC

« Le développement du numérique menace de disparition 5 millions d’emplois au cours des 5 prochaines années » selon un rapport présenté  au forum de Davos en 2016. Cette information m’a interpelé et après quelques recherches, j’ai constaté que les avis divergent et que la prédiction s’avère quasiment impossible. Cependant, le changement est bel et bien là : on assiste à une révolution (on parle de 4ème révolution industrielle) dont l’impact sur l’emploi reste très difficile à mesurer et à anticiper.

Pour avancer sur ce sujet, je vous propose un point de vue à travers 5 questions que chacun peut se poser pour évaluer l’éventuel impact du numérique sur l’avenir de son propre métier. Ce point de vue a pour but de donner des pistes de réflexion à un niveau individuel.

 

  1. La part du relationnel est-elle importante dans mon job ?

Il est question ici de l’importance que peut avoir la dimension relationnelle pour la réalisation des activités. Sur ce point, on peut présumer que la qualité de la relation est le critère qui « protège » d’un quelconque remplacement par le numérique. En effet, les activités qui nécessitent de l’empathie, de l’écoute, etc. rentrent plus difficilement dans le champ de compétences des robots.

De fait, les métiers du soin, de la relation d’aide, du service n’ont pas de souci à se faire.

 

2. Mes activités sont-elles répétitives ?

les_temps_modernes-07

Aujourd’hui, il est techniquement possible de faire faire par un robot 90 % des activités humaines. Les tâches simples et surtout répétitives sont celles qui se prêtent le mieux à la robotisation.

Le secteur bancaire donne un exemple de ce transfert de tâches à des robots avec la mise en place des distributeurs automatiques de billets en mesure d’effectuer les opérations courantes ce qui a entraîné une forte diminution des postes au guichet.

Mais ce n’est pas parce qu’on sait le faire techniquement qu’on le fait. En effet, les coûts de développement élevés freinent l’automatisation.

 

3.  Mes clients sont-ils intéressés par une offre de service numérique ?

Dans chaque métier, il y a des habitudes de fonctionnement entre un client et un fournisseur. Chacun peut donc observer la relation qu’il entretient avec son client, c’est-à-dire avec la personne à laquelle se destine le service, la prestation ou le produit.

Dans certains domaines, c’est le « tout-tout-de-suite-et-maintenant » qui domine. Les plates-formes (Uber, Amazon…) surfent sur cette vague et mettent à mal des équilibres clients-fournisseurs établis.

Inversement, certains secteurs tirent leurs épingles du jeu en misant sur la qualité de la relation avec le client, la proximité. C’est le cas du bio, de l’artisanat et des services à la personne.

 

4. Quelle est la part de créativité dans mon activité ?

menuisier

Par « création », je ne veux pas parler d’une démarche artistique, mais de la part de créativité dont nous faisons tous preuve pour résoudre des problèmes, avancer, trouver des solutions, gérer des contraintes. Et oui, chaque job demande de faire l’équilibriste entre différentes contraintes.

Les postes dans lesquels les problèmes peuvent être résolus en suivant une procédure (étape 1 : faire ceci, étape 2 : faire cela, etc) se prêtent davantage à un remplacement par un outil numérique.

Cependant, il est évident que la limite n’est pas aussi nette entre d’une part des jobs avec créativité et des jobs sans créativité. Sur ce sujet, on observe que ne numérique apporte progressivement des assistances aux professionnels (logiciels d’aide au diagnostic pour les médecins par exemple) plutôt qu’une disparition soudaine des métiers.

 

5. Pour réaliser mon travail, de quels types d’informations ai-je besoin ?

Il est facile de créer un logiciel qui va traiter un seul type d’information (des chiffres pas exemple) mais plus complexe de créer un robot capable de prendre en compte plusieurs types de données (des chiffres, un historique de  relation avec le client, des informations verbales, etc).

 

La révolution numérique a un impact sur les métiers et sur l’emploi au même titre que les précédentes révolutions industrielles. A son propre niveau, chacun a la possibilité de s’interroger sur l’avenir de son métier. Pour poursuivre l’échange sur ce sujet, je vous propose d’apporter vos commentaires en répondant à ces questions :

Dans votre métier, quel est l’impact du numérique ?

Comment voyez-vous votre poste dans 10 ans ?

 

 

Les Mercredis de Delphine

Bonjour à tous,

Veille sur l'actualité des ressources humaines et du reclassement

« Les mercredis de Delphine » une sélection hebdomadaire d’informations utiles en lien avec nos activités, nos métiers.

Bonne lecture !

Delphine

 

Catalys vous informe sur son blog

Risques Psycho-Sociaux /Qualité de Vie au Travail

Emploi

Gestion de carrières

Recrutement/Recherche d’emploi

  • 30 % des personnes en recherche d’emploi ont recours aux réseaux sociaux en 2013 (Etude Insee).

Outils pratiques

  • Pôle emploi lance L’emploi store une plateforme numérique où les demandeurs d’emploi trouveront nombre d’outils. Elle verra le jour le 2 Juillet 2015.

Ils recrutent

  • Le Groupe O2 recrute 160 personnes en Ille-et-Vilaine.
  • 29 emplois à créer chez Inter Pôle à Lorient.
  • Le façonnier de haut de gamme Bagage France Luxe va recruter à Fougères (35).
  • L’éolien en mer en Vendée va mobiliser 1 500 emplois.
  • 173 créations d’emplois au Crédit Mutuel Arkéa.
  • Sagemcom à Taden (22) va recruter.
  • Aéronautique : Souriau embauche 100 personnes dans la Sarthe.

 

Vous voulez en savoir plus sur nous, rendez-vous sur le site de CATALYS Conseil.

Les Mercredis de Delphine

Bonjour à tous,

Veille sur l'actualité des ressources humaines et du reclassement

« Les mercredis de Delphine » une sélection hebdomadaire d’informations utiles en lien avec nos activités, nos métiers.

Bonne lecture !

Delphine

 

 INFOS CATALYS CONSEIL

  • Vendredi 19 Juin 2015 : Journée de fermeture en raison de notre séminaire annuel.

Risques Psycho-Sociaux /Qualité de Vie au Travail

Emploi

  • Ce qui va changer pour les salariés, au cours des deux prochaines années, de nombreuses mesures devraient modifier le quotidien des salariés. REGIONSJOB

Gestion de carrières

  • CEP : Des conseillers en évolution professionnelle répondent à vos questions sur Twitter le 25 juin de 14h à 17h.

Ils recrutent

Salons/Forums

Outils pratiques

 

Vous voulez en savoir plus sur nous, rendez-vous sur le site de CATALYS Conseil.

Les Mercredis de Delphine

Bonjour à tous,

Veille sur l'actualité des ressources humaines et du reclassement

« Les mercredis de Delphine » une sélection hebdomadaire d’informations utiles en lien avec nos activités, nos métiers.

Bonne lecture !

Delphine

 

Economie Sociale et Solidaire

Avis d’experts

Emploi

Gestion de carrières

Recrutement/Recherche d’emploi

Outils pratiques

  • FAFIH – Guide CPF.
  • OPCALIA – Des outils pour expliquer le compte personnel de formation (CPF) aux salariés.

Ils recrutent

  • Nantes Développement fait le point, 350 postes sont à pourvoir rapidement dans les entreprises locales.

Salons/Forums

 

Vous voulez en savoir plus sur nous, rendez-vous sur le site de CATALYS Conseil.

Les Mercredis de Delphine

Bonjour à tous,

Veille sur l'actualité des ressources humaines et du reclassement

« Les mercredis de Delphine » une sélection hebdomadaire d’informations utiles en lien avec nos activités, nos métiers.

Bonne lecture !

Delphine

 

Catalys vous informe sur son blog

Etude/Analyse

Emploi

  • Pôle emploi analyse l’emploi breton : Pôle emploi Bretagne vient de publier des analyses sur l’état du marché du travail et de l’emploi dans les principaux secteurs économiques du territoire breton.
  • Les métiers en 2022 (rapport) : France stratégie et la Dares ont remis le rapport « Prospective des métiers et qualifications » à l’horizon 2022.
  • Les énergies marines renouvelables en plein essor. La 4e édition de la Convention internationale des Énergies marines renouvelables a réuni des acteurs internationaux de la filière les 20 et 21 mai à Nantes.

Réseaux sociaux

Outils pratiques

  • CRESS Pays de la loire : Guide des financements régionaux pour le développement économique des structures de l’économie sociale et solidaire.
  • RPS : Guide d’aide à la prévention du burn out, sujet RH de la semaine.

Ils recrutent

  • Transports : 250 embauches d’autocaristes prévues dans les Pays de la Loire (FNTV).
  • Even à Ploudaniel (29) recrute 500 personnes en CDI en 2015.
  • CGI recrute dans l’Ouest 200 personnes, le suivi d’un cursus est proposé aux personnes en situation de handicap.

Vous voulez en savoir plus sur nous, rendez-vous sur le site de CATALYS Conseil.

Une agence de développement, un cabinet de reclassement : pour le meilleur et pour l’emploi

Logo Idéa 35etLogo Catalys

« Comment, à l’échelle d’un territoire, rapprocher l’offre et la demande d’emploi ? C’est pour répondre à cette question, qu’Idéa 35 et Catalys Conseil ont décidé d’unir leurs compétences. Idéa 35 travaille depuis 2009 sur la revitalisation mutualisée dont le principe est d’accompagner financièrement des entreprises qui recrutent. Une source d’informations très riche pour Catalys Conseil»

Un partenariat original et singulier
Avant la création de la revitalisation mutualisée en 2009, je ne connaissais pas Idéa 35. Les partenariats entre agence de développement économique et cabinet de reclassement sont plutôt rares en France. Pourtant, les intérêts de cette collaboration me paraissent aujourd’hui évidents.

Catalys Conseil – Idéa 35 : comment ça marche ?
Chaque trimestre, je rencontre un chef de projet d’Idéa 35. L’objectif de ces réunions est de faire un point sur les profils licenciés économiques accompagnés par Catalys Conseil sur le bassin bretillien. Des informations précieuses pour Idéa 35 dans sa recherche d’entreprises à soutenir.

En retour, le chef de projet me fait part des entreprises soutenues par la revitalisation mutualisée. J’ai ainsi accès à des informations en « avant première » : des noms d’entreprises, des fiches de postes et surtout des contacts privilégiés, avec les dirigeants d’entreprises.

Un esprit gagnant gagnant : pour le meilleur et pour l’emploi

Séverine ROBERT – animatrice territoriale 35/22

Pour éclairer et illustrer le partenariat Idéa 35-Catalys Conseil