Une agence de développement, un cabinet de reclassement : pour le meilleur et pour l’emploi

Logo Idéa 35etLogo Catalys

« Comment, à l’échelle d’un territoire, rapprocher l’offre et la demande d’emploi ? C’est pour répondre à cette question, qu’Idéa 35 et Catalys Conseil ont décidé d’unir leurs compétences. Idéa 35 travaille depuis 2009 sur la revitalisation mutualisée dont le principe est d’accompagner financièrement des entreprises qui recrutent. Une source d’informations très riche pour Catalys Conseil»

Un partenariat original et singulier
Avant la création de la revitalisation mutualisée en 2009, je ne connaissais pas Idéa 35. Les partenariats entre agence de développement économique et cabinet de reclassement sont plutôt rares en France. Pourtant, les intérêts de cette collaboration me paraissent aujourd’hui évidents.

Catalys Conseil – Idéa 35 : comment ça marche ?
Chaque trimestre, je rencontre un chef de projet d’Idéa 35. L’objectif de ces réunions est de faire un point sur les profils licenciés économiques accompagnés par Catalys Conseil sur le bassin bretillien. Des informations précieuses pour Idéa 35 dans sa recherche d’entreprises à soutenir.

En retour, le chef de projet me fait part des entreprises soutenues par la revitalisation mutualisée. J’ai ainsi accès à des informations en « avant première » : des noms d’entreprises, des fiches de postes et surtout des contacts privilégiés, avec les dirigeants d’entreprises.

Un esprit gagnant gagnant : pour le meilleur et pour l’emploi

Séverine ROBERT – animatrice territoriale 35/22

Pour éclairer et illustrer le partenariat Idéa 35-Catalys Conseil

 

L’anniversaire de l’association Catalys : quand le paritarisme prend la parole

Bon anniversaire «l’association Catalys » ! Pour ses 25 ans, l’association Catalys a convié ses partenaires et ses clients à une matinée-débat autour d’une question chère à tous : comment conjuguer la performance économique et sociale dans les organisations, entreprises et collectivités ?

Vous avez dit « paritarisme » ?

Cela fait maintenant 25 ans que l’association Catalys fait vivre son projet paritaire par la voie de la société Catalys Conseil, un cabinet de conseil RH de 100 salariés présent dans le grand ouest dont elle a la gouvernance. Mais que vient faire une association paritaire dans le monde des ressources humaines ? C’est tout simplement une association qui met autour de la table des représentants des employeurs et des salariés.

A l’occasion de son 25ème anniversaire, l’association donc a réuni le 5 octobre dernier, les représentants de cette instance paritaire : l’Union des Entreprises 35, la CFDT, mais également ses clients, ses partenaires et ses salariés.

Certes, cette matinée-débat a été l’occasion de se régaler de petits fours mais pas seulement ! Il a été question de débattre sur un sujet ô combien d’actualité : la réforme de la formation professionnelle.

Nous le savons tous, cette nouvelle réforme entre en application le 1er janvier 2015 et entend bouleverser les pratiques et le financement de la formation professionnelle.

Matinée-débat : le national et le local autour de la table

Pour anticiper et partager sur les enjeux de cette révolution dans le monde de la formation et des RH, l’association Catalys a donné la parole à ceux qui seront impliqués, utiliseront ou financeront les formations de demain.

25 ans de Catalys

A post shared by Webpatron (@webpatron) on

Dans un premier temps, Marylise LEON (secrétaire national, CFDT) et Alain DRUELLES (directeur adjoint éducation-formation, MEDEF), signataires de l’accord national interprofessionnel (ANI) du 14 décembre 2013, ont pu apporter un éclairage sur les débats nationaux et les coulisses de la réforme.

Notre partenaire CFDT a d’ailleurs écrit un article constructif.

Les tables rondes ont donné lieu à des partages d’expériences entre des cadres d’entreprises, des responsables RH, des représentants du personnel, ainsi que des membres régionaux de la CFDT et du MEDEF, avec les consultants de Catalys Conseil.

On a apprécié la liberté de ton dans les débats. En effet, sans langue de bois et ni prosélytisme, responsables RH et syndicalistes ont livré leurs expériences en matière d’accompagnement des changements individuels et collectifs. A chaque expérience, rien n’est évident mais la volonté et le dialogue restent incontournables.

Pas mal de questions… mais des à priori positifs

Cette réforme pose pas mal de questions mais semble bénéficier d’un a priori positif auprès de tous. Le Compte Personnel de Formation (CFP) remplacera dès le 1er janvier le DIF et il permettra au salarié de gérer personnellement son parcours de formation dans un objectif de qualification.

Chacun semble prêt à s’approprier les nouveaux outils de la réforme et le projet de l’association Catalys trouve un écho favorable. Donc rendez-vous dans 25 ans pour les 50 ans de l’association !

Merci à vous qui étiez présents. N’hésitez pas à nous faire part de vos réactions.

Pour discuter, retrouvez nous sur

Facebook : Catalys s’y met, je m’y mets !

Spontanément et à titre personnel, je suis peu présent sur les réseaux sociaux. En veille quotidienne sur la toile, sur certains blogs thématiques, mais peu familiarisé avec Facebook ou Twitter.

Sans doute pour de mauvaises raisons : manque de temps, manque de perception de l’intérêt à titre individuel ; interrogation sur les conséquences sociétales des réseaux sociaux dans une société du paraître et de l’image, de l’immédiateté et de l’éphémère. Caractéristiques qui correspondent assez peu à mon référentiel personnel… Peut-être y a t-il une question générationnelle aussi.

Alors quand CATALYS Conseil a entrepris de se lancer sur les réseaux sociaux, la question de l’intérêt s’est posée de la même manière pour moi.

Et pourtant, les choses me paraissent plus évidentes cette fois.

La première évidence relève de la dimension collective du projet d’entreprise du cabinet : CATALYS Conseil est un « bien collectif », partagé et porté en interne avec ses collaborateurs ; il est également un projet ancré sur son territoire, soucieux de développement local, et donc partagé avec ses partenaires -institutionnel ou professionnel- et plus largement ses clients, individuel ou entreprise.

Les termes qui reviennent sont donc « collectif » et « partage ». Partage d’information, d’actualité, de réflexion, d’avis, de veille, de réseaux etc… Dès lors, les outils et supports de ce partage s’imposent naturellement.

En interne tout d’abord à travers de nouveaux outils collaboratifs que le cabinet est en train de déployer, mais également « en externe » avec le compte Facebook, le compte twitter et ce blog de Catalys que nous lançons en cette fin d’année 2014.

Nous souhaitons ainsi interagir avec vous, partenaires et clients proches ou plus éloignés. Vous donner davantage à voir notre projet original et les valeurs spécifiques que le cabinet portent depuis 25 ans. Vous proposer de suivre notre actualité qui s’affirme autour des enjeux emploi / formation / management des entreprises dans le grand ouest.

Nous avions également envie de vous offrir notre veille sur les enjeux autour de ces thématiques. Vous retrouverez ainsi en ligne chaque semaine « les mercredis de Delphine », billet de blog qui recense l’actualité régionale et nationale sur les sujets qui nous intéressent, qui vous intéressent. Qui nous lient.

Il s’agit ainsi de renforcer les liens privilégiés que nous avons construits avec vous qui nous faites confiance, avec ceux qui nous suivent de plus loin, avec ceux qui nous solliciteront demain.

Une évidence donc.

L’âge moyen des utilisateurs de Facebook serait autour de 40 ans. CATALYS Conseil fêtait ses 25 ans cette année. Alors nous ne sommes pas en retard et même plutôt en avance  ! Quant à moi, je sens déjà que ma représentation de FB et plus largement les réseaux sociaux est en train d’évoluer, à titre personnel… Il ne me reste de toute façon que peu de temps pour m’aguerrir avant que mes enfants ne m’y amènent naturellement.

Alors à très bientôt sur les réseaux sociaux !

François PAULOU

 

 

La rupture conventionnelle :

Nous connaissons tous dans notre entourage proche un ami, un cousin qui a signé une rupture conventionnelle ces dernières années.

Il faut dire que ce dispositif de rupture de contrat de travail instauré en 2008 dans le cadre de la Loi sur la modernisation du marché du travail, concerne chaque année près de 300 000 personnes en France.

Pour autant il est minoritaire dans les ruptures de CDI (16 %), le licenciement représentant 27 % et les démissions 57 % restant en haut du tableau.

Le dispositif offre à l’employeur et au salarié un cadre d’entente possible pour qu’un départ puisse être négocié à l’amiable, avec ou sans recours au service d’avocats.

Un rythme croissant

Nous pensions que la nouvelle réglementation Pôle Emploi, notamment en raison du doublement du nombre de jours de carence pour les personnes qui négocient une indemnité de départ supérieure à 16 000 €, allait donner un coup de frein aux ruptures signées mais pas du tout…

Le rythme de plus de 30000 signatures par mois engagé en juin dernier a gardé son niveau et l’année 2014 sera sans doute une année record.

A croire que les 2 parties se retrouvent dans ce flex-dispositif.

Evolution ruptures conventionnelles

Les avantages de ce dispositif :

  • la procédure est très allégée par rapport aux autres systèmes
  • pour l’entreprise pas de motif de rupture et une couverture par rapport au contentieux, la jurisprudence n’étant pas favorable aux salariés. Le coût est également en majorité moindre par rapport à un licenciement ou une transaction.
  • le salarié, lui, peut bénéficier des allocations chômage

Cependant, même si ce dispositif reste une opportunité pour l’entreprise et le salarié quand ils réussissent à signer un réel accord gagnant gagnant,  il reste malheureusement dans trop de cas une rupture contrainte pour le salarié qui se retrouve seul face à ses démarches de repositionnement !

Katell LEFEUVRE

Disparition du bilan de compétences en 2015 ? Info ou intox ?

Photo BCDe médiapart, aux blogs de prestataires, la toile fourmille d’informations contradictoires. Chez Catalys, c’est un sujet qui nous concerne et tous les jours vous nous questionnez. Nous avons repris les questions récurrentes :

« En 2015, je ne pourrai plus utiliser mon DIF pour financer mon bilan » > VRAI
A la veille de la fin du DIF, Catalys répond quotidiennement à cette question.

Depuis sa création, le nombre de bilan de compétences financé par le DIF a été en constante augmentation. Pour deux raisons principales :

  • Grâce au DIF, le bilan pouvait démarrer dans les 15 jours.
    Le DIF permettait notamment aux salariés licenciés ou en rupture conventionnelle de débuter leur bilan de compétences avant leur départ. Pour nous, cela répondait à un réel besoin d’urgence, de sécurisation professionnelle.
    Le financement par le CIF (FONGECIF ou l’OPACIF de votre branche) nécessite généralement un délai de 2 mois.
  • L’accord de financement CIF n’est pas systématique. Vous devez rentrer dans les critères et les budgets sont parfois contraints. Pour exemple certains financeurs avaient utilisé tout leur budget 2014 en septembre dernier. Ainsi, certains salariés préféraient utiliser leur DIF pour avoir l’assurance de faire leur bilan.

« En 2015, je pourrai utiliser mon Compte Personnel Formation (CPF) pour financer mon bilan » > FAUX

Dans la nouvelle loi sur la formation professionnelle, le CPF remplace le DIF. Il ne permettra pas aux salariés de financer leur bilan de compétences. En revanche, il est conçu pour des formations qualifiantes, les formations savoirs de bases et les projets de Validation des Acquis de l’Expérience.

« Si le CPF ne peut financer mon bilan, quels seront les financements possibles ?»

Vous pourrez toujours adresser vos demandes de CIF. Cependant, nous craignons que le nombre de refus de financement augmentent. En effet, le DIF disparaissant, les salariés feront leur demande aux OPACIF quasi exclusivement, avec des budgets contraints.
Il reste la possibilité de faire financer votre bilan de compétences par votre entreprise, sur le plan de formation en concertation avec votre manager.

« Le Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) va remplacer le Bilan de Compétences  ? » > FAUX

Le Bilan de compétences est intégré dans le parcours CEP, ces deux dispositifs sont complémentaires.

A partir d’un diagnostic, le référent CEP pourra informer, conseiller le salarié sur son parcours professionnel. Si la situation nécessite un accompagnement approfondi pour élaborer un projet professionnel,  dans le cas d’une reconversion par exemple, le référent CEP proposera de réaliser un bilan de compétences.

En effet, le bilan de compétences, avec 24 heures d’entretiens individuels répartis sur 2 à 4 mois, permet d’approfondir la démarche de validation de projet et de la sécuriser.

L’impact de la réforme sur nos modes d’accompagnement

La réforme de la formation professionnelle permet à l’ensemble des salariés de se qualifier tout au long de sa vie professionnelle. Or on le sait, les projets d’évolution professionnelle ont besoin d’être accompagnés. Le bilan de compétences est un outil indispensable pour faire les bons choix.

La réforme et notamment la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle, amène les prestataires de bilan de compétences à adapter leurs modes d’accompagnement. Le bilan de compétences doit notamment évoluer vers davantage d’individualisation et d’articulation avec les référents CEP.

Il reste beaucoup de questions en suspens à la veille de l’application de la loi. L’année 2015 sera donc celle de la transition où l’ensemble des acteurs (les professionnels comme les salariés) devront s’adapter à ce changement.

Affaire à suivre… sur notre blog.

Emmanuelle Sohier-Rousseau – Responsable Département Gestion de Carrière

 

Les Mercredis de Delphine !

Bonjour,

Dans le cadre de ma veille cette semaine voici ce que je vous ai trouvé …

  • Le Guide « bien » pratique de la réforme, réalisé par le ministère du Travail

Formation professionnelle : guide pratique de la réforme. Entreprises, investissez dans votre avenir avec la formation professionnelle

  • Un accord prévoit d’aménager le CSP (Contrat de Sécurisation Professionnelle) pour 2015-2016

http://www.arftlv.org/Actualites/16530/Un_accord_prevoit_amenager_le_CSP_pour.aspx

  • L’emploi à vie est mort, vive l’employabilité (Etude)

http://www.institut-entreprise.fr/les-publications/lemploi-vie-est-mort-vive-lemployabilite

  • Le Compte personnel de formation (CPF)

Logo Site : mon compte formation.gouv.fr

Le site qui vous dit tout sur le compte personnel de formation.

moncompteformation.gouv.fr

Dès le 5 janvier, chaque titulaire pourra accéder à son compte d’heures et le gérer en ligne. D’ores et déjà, vous y trouvez une présentation détaillée du CPF, de son fonctionnement ainsi que de la documentation et les réponses aux questions les plus fréquentes.

 

A Mercredi

Delphine

S'engager pour l'emploi et la performance durables